NEWS

« RÉFLEXION   : LA COLÈRE  »


La colère est un émotion simple qui traduit l'insatisfaction. Elle est vécue à l'égard de ce qu'on identifie, à tort ou à raison, comme étant "responsable" de notre frustration. On éprouve donc de la colère envers "l'obstacle" à notre satisfaction.

C'est sur cet aspect que la colère se différencie fondamentalement de la tristesse (qui elle aussi traduit une frustration). Dans la tristesse, on est directement en contact avec le manque lui-même, alors que la colère est une réaction à la cause de la frustration.

La colère est une émotion que nous vivons fréquemment. En effet, il y a de multiples occasions d'insatisfaction durant une journée de vie. De plus certaines d'entre elles perdurent parce que nous négligeons de nous en occuper adéquatement.

se trouver seul la solitude nos idees

RÉFLEXION  - MÉTAPHORE : LA COLÈRE 


Un jour, un sage hindou qui se rendait au Gange pour s’y baigner, aperçut sur la rive des gens d’une même famille en train de crier l’un sur l’autre, emportés par la colère. 


Voyant cela, il sourit, se tourna vers ses disciples et leur posa cette question : « Savez-vous pourquoi les gens en colère crient l’un sur l’autre ? ». Les disciples réfléchirent un petit moment, puis l’un dit : « C’est parce qu’on perd son calme, que l’on crie ».


« Mais, dit le saint homme, il n’est pas besoin de crier, puisque l’autre est juste à côté de nous; on peut parfaitement lui dire ce qu’on a à dire, d’un ton doux ». Les disciples se creusèrent encore la tête et trouvèrent plusieurs réponses, mais aucune n’était satisfaisante. A la fin, le saint homme leur expliqua : « Quand deux personnes sont en colère l’une contre l’autre, leurs deux cœurs s’éloignent énormément l’un de l’autre. 


Pour couvrir la distance, ils doivent crier pour pouvoir se faire entendre. Et plus ils sont fâchés, plus ils doivent crier fort car plus la distance est grande ». « Prenez les gens amoureux, continua-t-il, ils se parlent bas, ils murmurent, car leurs cœurs sont très proches l’un de l’autre, et la distance est minime. Même, souvent, ils ne doivent même plus parler ; se regarder suffit ».


 Il regarda alors ses disciples et leur dit : « Donc, quand vous discutez avec quelqu’un, ne laissez pas vos cœurs s’éloigner l’un de l’autre, sinon, un jour viendra où la distance sera si grande que vous ne retrouverez plus le chemin du retour … »


Yogi Atmaram “Acharya”




À quoi sert la colère?

Les organismes vivants cherchent à maintenir l'équilibre nécessaire pour conserver un degré optimal de vitalité et de croissance. Leur processus d'adaptation fonctionne continuellement pour veiller à cet équilibre. Chez l'homme, les émotions jouent, au plan psychique, un rôle d'informateur spécifiquement sur le degré de satisfaction des besoins (cf. "À quoi servent les émotions").

La colère surgit lorsque l'équilibre est rompu dans un aspect de notre vie. Le déséquilibre prend la forme générale d'une insatisfaction. Celle-ci peut signifier qu'un besoin est insatisfait, qu'un désir n'est pas comblé, qu'une attente est sans réponse ou peut-être même qu'un caprice n'est pas satisfait.

La colère porte un double message: elle signale à la fois l'insatisfaction et ce que nous considérons comme "l'obstacle" à notre bien-être. La colère, en effet, est toujours vécue à l'égard de quelqu'un ou de quelque chose. On en veut "à" de nous "faire vivre" telle chose.

La colère déclenche une mobilisation de l'organisme entier. L'esprit est concentré sur le problème (plus particulièrement sur l'obstacle). Plusieurs réactions physiologiques sont déclenchées; elles sont particulièrement visibles lorsque la colère est intense. L'expression "la moutarde me monte au nez" traduit bien la sensation physique que produit le début de cette mobilisation physiologique.

La mobilisation nous prépare à "l'attaque". On devient prêt à se défendre, à conquérir ce qui nous apportera la satisfaction désirée. Essentiellement, la colère fournit l'énergie pour vaincre l'obstacle qui se dresse devant nous.

Comme toutes les émotions, la colère est une saine manifestation d'insatisfaction. Mais la façon dont on la vit peut parfois engendrer des problèmes. Dans la mesure où elle se développe selon le processus vital d'adaptation , elle nous conduit à une action "appropriée". (Voir: "La vie d'une émotion")

C'est lorsqu'on agit impulsivement, en omettant des étapes du processus, qu'on déclenche des problèmes. C'est le cas lorsqu'on passe, par exemple, directement de l'émergence de la colère à l'action.

LA COLÈRE  


Les types d'information qu'elles transmettent

Les émotions servent à nous informer de l'état de nos besoins. Sont-ils satisfaits ? À quel degré ?

De quel besoin s'agit-il ?

Il est important de reconnaître nos émotions et de les ressentir. En permettant au processus naturel de l'émotion de se dérouler, on s'assure de pouvoir prendre en main la satisfaction de nos besoins.


Les émotions simples se divisent en deux grandes classes:

  1. Positives: elles indiquent que le besoin est comblé
  2. Négatives: elles signalent que le besoin n'est pas comblé


Dans chacune de ces classes, il y a trois catégories:

  1. Par rapport au besoin: quel est le besoin en cause
  2. Par rapport au responsable: qu'est-ce ou qui aide ou nuit à la satisfaction du besoin
  3. D'anticipation: mes réactions à ce qui pourrait survenir