NEWS

se trouver seul la solitude nos idees

RÉFLEXION  - MÉTAPHORE : LA CICATRICE 


Vous pouvez facilement vous souvenir que lorsque vous êtes écorché, vous ne voulez pas que qui que ce soit touche la plaie. Même les personnes qui vous sont chères, même celles qui vous aiment, vous ne les laissez pas vous toucher parce que cela fait trop mal…

En plus, beaucoup de gens n’aiment pas voir une plaie béante ; ça les met mal à l’aise…

Petit à petit, une croûte se forme. Une croûte, c’est une partie de vous-même qui, sans même que vous ayez à y penser, se durcit pour vous protéger le temps dont vous en avez besoin…

En même temps que se forme la croûte, les processus de guérison prennent place à l’intérieur.
Puis, petit à petit, la croûte commence à disparaître. Et si on gratte la croûte trop tôt, on ouvre
à nouveau la plaie et ça prend plus de temps pour guérir…

La blessure finit par guérir. Parfois, elle laisse des cicatrices.
Ces cicatrices nous rappellent simplement qu’il y a longtemps, quelque chose s’est passé, mais
ça ne fait plus souffrir personne maintenant.






ÉTAPE DE VIE 
Amour, deuille, travail, ...

Vous êtes à une « étape de vie« , ici un moment important pénible à gérer quelle qu’en soit l’intensité, on vous retire un amour, une situation, vous allez devoir passer à autre chose, vivre autre chose,

et vu d’ici ça paraît non seulement impossible, mais surtout inenvisageable.


quand on perd tout espoir d’être heureux un jour, que ça dure une semaine ou des mois, ça peut aider de savoir que cette perte d’espoir est une étape normale du processus d’évolution dans lequel on est, et que justement ce n’est pas la dernière étape!

LE KINTSUGI –

MÉTAPHORE DE LA RÉSILIENCE


Kintsugi/Kintsukuroi ou la valeur de la fêlure
Ces mots japonais désignent l’art ancestral de réparer une poterie cassée avec de l’or.
Ainsi réparé, l’objet prend paradoxalement toute sa valeur d’avoir été brisé. Orné de sa cicatrice, il raconte son histoire et nous enseigne qu’un « accident » n’est pas une fin en soi, mais peut devenir le début de quelque chose de plus beau.


Le kintsugi serait apparu lorsque, à la fin du xve siècle, le shogun Ashikaga Yoshimasa a renvoyé en Chine un bol de thé chinois endommagé pour le faire réparer. Le bol étant revenu réparé avec de vilaines agrafes métalliques, les artisans japonais auraient cherché un moyen de réparation plus esthétique. Cela relève d’une philosophie qui prend en compte le passé de l’objet, son histoire et donc les accidents éventuels qu’il a pu connaitre. La casse d’une céramique ne signifie plus sa fin ou sa mise au rebut, mais un renouveau, le début d’un autre cycle et une continuité dans son utilisation. Il ne s’agit donc pas de cacher les réparations, mais de mettre celles-ci en avant.












Métaphore résilience : Kintsugi/Kintsukuroi ou la valeur de la fêlure.Réparé, objet prend paradoxalement toute sa valeur d’avoir été brisé. Orné de sa cicatrice, il raconte son histoire et nous enseigne qu’un « accident » n’est pas une fin en soi mais peut devenir le début de quelque chose de plus beau.


therapie breve new horizon wouwe

Contactez-nous

Thérapeute  Philippe Viaene -

New Horizon 

                           

TVA : BE 355 230 80855437

BRUCOOP SCRL FS


Copyright ©  Ph.Viaene Tous droits réservés